Auteur Sujet: La Megadrive n'est pas morte  (Lu 6359 fois)

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5949
  • Karma: +15/-3
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #45 le: 10 mars 2021 à 07:05:43 »
l'ambiance de l'interview est vraiment très stylé  (mdr)

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #46 le: 12 mai 2021 à 15:39:20 »
Citer
Dans notre dernier édito, on regrettait le calme inquiétant dans lequel semble plongée la scène homebrew sur PC Engine ces dernières années, mais on était passé à côté de Jessie Jaeger in Cleopatra’s Curse. Pourtant, ce jeu d’action-plateforme créé par un dénommé Kyle « DarkKobold » Thomson officiant en tant que Bold Game Studio avait fait l’objet d’une campagne Kickstarter réussie de mi-septembre à mi-octobre… Basé sur l’utilisation du grappin, il se montre autrement plus ambitieux que beaucoup de créations modestes qui sortent tout de même en édition physique, en offrant une réalisation très honnête pour une production amateure et une aventure plutôt longue si l’on en croit la carte ci-dessus incluse avec le jeu. Depuis fin mars, il n’est proposé sur la boutique qu’au format CD-ROM² (dézoné pour rappel) au tarif de $48 (40 €) hors frais de port (et poster) mais, si la boutique indique des ruptures de stock, trois autres versions sont prévues. Il devrait y avoir une mouture HuCard affichant un prix de $89 (73,50 €), mais aussi un portage Mega Drive (dont on peut avoir un aperçu dans la troisième vidéo ci-dessous) prévu dans une édition limitée à $100 (82,50 €). Celle-ci contient la bande originale sur un CD que l’on peut mettre dans un Mega CD pour en profiter en jeu. Enfin, l’adaptation Game Boy affiche pour le moment un tarif de $60 (49,50 €), mais on ignore si ce dernier (et les autres) sont définitifs.

https://mag.mo5.com/actu/198739/jessie-jaeger-un-homebrew-pc-engine-bientot-sur-mega-drive-et-game-boy/


Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5949
  • Karma: +15/-3
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #47 le: 12 mai 2021 à 21:10:14 »
une réalisation honnête qui me rappel les heures passés sur les bornes d'arcade.
C'est les possesseurs de Megadrive qui vont être ravi d'avoir un nouveau jeu à se mettre sous la main.
Merci rodi pour tes news

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #48 le: 08 août 2021 à 15:57:32 »
Demons of Asteborg est un nouveau jeu 2021 disponible sur Megadrive, Steam, et NS




Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #49 le: 07 septembre 2021 à 16:45:57 »

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #50 le: 22 septembre 2021 à 16:00:53 »
Citer
Avant d’être l’artisan des principaux blockbusters d’Electronic Arts, le studio suédois DICE s’est fait connaître sur Amiga en tant que Digital Illusions CE, signant des classiques comme Pinball Dreams (1992). Débuté sur le micro-ordinateur puis migré sur Mega Drive (avec une version Mega CD envisagée mais non développée), le jeu connu à l’époque sous le nom de Hardcore a été annulé alors qu’il était presque terminé, suite au rachat de son éditeur Psygnosis par Sony en 1993. Des années plus tard, il a été bouclé par Strictly Limited Games avec la bénédiction des développeurs d’origine et est sorti en exclusivité intégré à la Mega Sg, avant de faire l’objet d’éditions physiques sur Mega Drive puis sur les consoles actuelles de Sony et Nintendo. Précisons cependant d’emblée que la version d’Ultracore sur plateformes modernes n’apporte hélas pas grand-chose, hormis un contrôle à deux sticks qui ne rend pas l’aventure beaucoup plus facile paraît-il, et le choix entre la bande originale d’époque et une moderne, tout aussi réussie. Mais aussi insensé que cela puisse paraître, il n’y a pas de sauvegardes et il faudra donc entrer des mots de passe de seize caractères en faisant défiler les lettres une par une, à l’ancienne. C’est heureusement assez rapide cela dit, mais il faudra prendre garde à ne pas confondre les X et les K par exemple, car la moindre erreur oblige à réécrire le code en entier… L’expérience sera donc vintage jusqu’au bout.

Citer
Et dans la mesure où l’on ne dispose que de trois crédits et que leur nombre est hélas mémorisé dans les mots de passe, on sera souvent tenté de tout recommencer depuis le début pour jouer mieux (et idéalement trouver d’autres secrets)… Ultracore repose de toute façon beaucoup trop sur des pièges inévitables la première fois, puisqu’il n’est par exemple pas possible de regarder vers le bas. Et même si un saut ne vous fait pas atterrir dans un trou ou sur un sol électrifié qui vous désintègre immédiatement, la chute pourra vous faire néanmoins perdre de l’énergie. Autant dire qu’il vous en faudra du temps pour finir ses cinq niveaux, un nombre qui peut sembler faible d’autant que les séquences en véhicules initialement prévues ne sont pas présentes, mais chaque stage est long, avec au moins deux boss à affronter. J’ai pour ma part fini par abandonner juste après le premier du troisième niveau, situé entre deux phases de plateforme horribles, en particulier la seconde qui ne repose pas tant sur le timing que sur le bon vouloir des collisions. Et sachant qu’en cas de crédit perdu, on recommence avant la première et non après le boss…

Le genre de choses qui nous rappelle que l’on n’a pas affaire à un homebrew, mais bien à une production d’époque sur Mega Drive. Si le jeu de Digital Illusions CE était sorti en 1994, on s’en souviendrait sans doute comme d’un classique, certes difficile, mais pas plus que beaucoup de titres d’alors. Mais aujourd’hui, si l’on sait gré à Strictly Limited Games de l’avoir préservé, Ultracore fait face à une concurrence bien plus rude et il aurait sans doute été judicieux de lui ajouter quelques options de « Quality of Life » comme on les appelle de nos jours (au hasard un système de sauvegarde), ne serait-ce que dans la version émulée sur plateformes modernes.

Verdict : Run and gun typique de son origine (l’Europe) et de son époque (le début des années 1990), Ultracore nous replonge dans un temps où les jeux étaient aussi charmants que cruels…

https://mag.mo5.com/a-la-une/207083/test-ultracore-si-tu-ricanes-alors-tes-vraiment-hardcore/


Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5949
  • Karma: +15/-3
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #51 le: 22 septembre 2021 à 16:23:59 »
un mix entre Obliterator, The Killing Game Show et... peut être Turrican ;)

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #52 le: 26 janvier 2022 à 17:52:26 »
Citer
Paprium : Le beat'em up MegaDrive cartonne sur Kickstarter avec de bonnes nouvelles à l'horizon !
Peu de temps après le lancement de lancement cette campagne sur Kickstarter, Paprium avait déjà collecté assez d'argent pour sortir au moins sur PC, PS4 et PS5. Nous sommes actuellement à 47 jours de la fin de la campagne, et les backers ont déjà donné assez d'argent pour atteindre la somme de 360 276 € sur les 258 000 € demandés. Par conséquent, Paprium, qu'on a longtemps cru perdu dans les limbes des vaporware, sortira également sur Game Gear (oui), sur Dreamcast et Nintendo Switch, accompagné de plusieurs add-on. La livraison de ces versions est prévue pour décembre 2022, mais quand on repense à la très tumultueuse histoire du développement, on va éviter de l'annoncer avec certitude.

Son développement fut très long avec plusieurs changement d'équipe, des réécritures, des abandons, des pleurs et des cris et dura de 2011 à 2018. Il fallut encore trois ans pour sortir le jeu à cause d'employés de PayPal qui confondirent nos financements avec les leurs (nous sommes encore en train de travailler là-dessus). Pour faire court, une histoire épique du début à la fin ! Le jeu fut envoyé aux premiers investisseurs en décembre 2020, une vraie victoire contre vents et marées !, expliquait le studio dans des propos relayés par Gamekult.

Paprium : Le beat'em up MegaDrive cartonne sur Kickstarter avec de bonnes nouvelles à l'horizon !
Rappelons que Paprium s'inspire de Double Dragon, Streets Of Rage ou encore Final Fight. Le titre est composé de 24 niveaux à parcourir avec les trois personnages de départ que sont Alex, Dice et Tug. Pour lui donner un rendu rétro sur des écrans modernes, le studio a développé et utilisé un algorithme spécial, capable de travailler en temps réel. Pour ceux qui souhaitent participer, les choix de financement vont de 24.... à 1000 dollars.

Source : Page Kickstarter de Paprium / Gamekult

https://www.jeuxvideo.com/news/1483143/paprium-le-beat-em-up-megadrive-cartonne-sur-kickstarter-avec-de-bonnes-nouvelles-a-l-horizon.htm

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #53 le: 23 avril 2022 à 17:01:01 »
Citer
En août 2020, Piko Interactive rééditait sur Steam Zero Tolerance (1994), l’un des rares FPS de la Mega Drive, et plutôt bien accueilli par la presse. Or à l’époque, une suite baptisée Beyond Zero Tolerance avait été annoncée mais finalement annulée, poussant même les fans à bombarder l’éditeur Accolade de courriers. Mais ce n’est pas à elle que le titre de cet article fait référence, curieusement, car Piko aurait découvert un Zero Tolerance Underground dont les évènements se déroulent entre les deux, et qui était prévu sur 32X et/ou Mega CD semble-t-il… Il était lui quasiment terminé, ce qui a permis d’en achever le développement avec l’aide QUByte Interactive qui a déjà collaboré avec l’éditeur. En résulte tout d’abord Zero Tolerance Origins ci-dessus, une cartouche Mega Drive regroupant l’original et Zero Tolerance Underground, mais aussi une compilation Zero Tolerance Collection pour consoles Xbox, PlayStation et Switch qui inclut en prime le prototype (inachevé, donc) du fameux Beyond Zero Tolerance, même s’il faudra toutefois le débloquer.

Cette dernière sera vraisemblablement disponible à terme en dématérialisé, d’autant que la console de Microsoft est comme d’habitude privée d’édition physique mais, en attendant, Strictly Limited Games ouvrira ce soir à minuit les précommandes des versions en boîte avec comme d’habitude une seconde chance demain à 18h. On peut donc acquérir Zero Tolerance Origins en version PAL ou US à 49,99 €, et Zero Tolerance Collection en édition standard (PS4, Switch) contenant tout de même un manuel pour 29,99 € et en édition collector (PS4, Switch) à 49,99 €. La seconde inclut la bande originale, deux posters, des sets de cartes postales et de stickers, un flyer et ce qui semble être une petite PLV. Les expéditions sont prévues pour cet automne, mais avec ce fabricant..

https://mag.mo5.com/actu/222302/un-fps-mega-drive-et-sa-suite-inedite-reedites-sur-cartouche/




Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #54 le: 03 juillet 2022 à 09:24:21 »

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #55 le: 14 juillet 2022 à 17:14:46 »
Citer
La semaine dernière, on vous présentait Black Jewel Reborn, techniquement le « demake » du jeu PC néorétro Black Jewel (2017) prévu sur NES, Game Boy (Color) et Mega Drive. Or si l’on avait relayé la vidéo fraîchement publiée d’une bande-annonce destinée à une campagne Kickstarter, on ne pensait pas que celle-ci serait lancée si rapidement comme le développeur PSCD Games (BioEvil) nous l’a tout de suite signalé via Twitter, indiquant en outre une version Super Nintendo supplémentaire pour le jeu homebrew… Eh bien avec un jour de retard dû aux intempéries, la campagne est en ligne et on peut donc y contribuer après s’être fait un avis grâce à la démo disponible sur itch.io, toutefois réservée à la 16-bit de SEGA pour le moment (la version la plus avancée, achevée à environ 80%). Les contributions proposées sont la ROM pour une des quatre consoles accompagnée de la bande originale de Black Jewel Reborn à 10 € (les quatre pour 35 €), une cartouche en loose à 40 €, l’édition physique complète à 50 € et avec des goodies (poster et stickers) pour 60 €, hors frais de port. La sortie est prévue entre septembre (Mega Drive) et janvier (Game Boy).


 
https://mag.mo5.com/actu/227448/black-jewel-reborn-aussi-sur-super-nintendo-via-kickstarter/


Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #56 le: 20 juillet 2022 à 18:45:02 »



Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #57 le: 01 août 2022 à 16:14:41 »



Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5322
  • Karma: +17/-4
Re : La Megadrive n'est pas morte
« Réponse #58 le: 08 août 2022 à 14:05:02 »
Citer
Mega Drive encore et enfin puisqu’Oscar Kenneth Albero Ingles de Kai Magazine (Metal Dragon) vient d’annoncer sur AtariAge l’ouverture des précommandes de Life on Mars: Genesis dont il dévoilait les vingt premières minutes il y a peu. On a donc jusqu’au 1er octobre pour réserver son exemplaire pour 55 € en choisissant parmi quatre jaquettes recréant les styles d’époque : japonais, américain, européen des débuts et de la fin de vie de la console. Mais le mieux est peut-être d’essayer d’abord la démo à cette adresse.


https://mag.mo5.com/actu/228896/un-jeu-tortues-ninja-sur-master-system-et-autres-news-retro-de-la-semaine/