Auteur Sujet: L'amiga, un bref historique et son évolution  (Lu 153 fois)

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5205
  • Karma: +12/-2
L'amiga, un bref historique et son évolution
« le: 20 mars 2020 à 17:22:14 »
Ce sujet fait suite au message de k1200rs21 http://forum.insertdisk2.com/index.php?topic=1582.msg30541#msg30541 mais au fur et à mesure le sujet est devenu plus vaste, plutot que de le poster sur le fil discussion et faire un beau hors sujet, j'ai préféré faire un sujet à part.

Dans la continuité du portage d'Alien Breed 3d avec le moteur de doom 2 sur pc, je me suis souvenu de la recherche de sensation de ce nouveau type de jeu sur ordinateur et du succès de Wolfenstein et Doom, sur Amiga l e jeu qui m'avait bien bluffé pour retrouver les sensations que les utilisateurs de PC pouvait avoir avec des jeux comme Doom fut Gloom puis Nemac IV, Breathless (superbe mais un peu gourmand)
Cela m'a amené à reconsidérer l'univers de l'Amiga et repenser à diverses chose.
Déjà il ne faut pas oublier la différence de hardware par rapport à la performance notamment le fameux Chunky2planar des cartes graphiques sur PC (spécialisé en 3D et pas spécialement en 2D) absent sur Amiga. Donc ca passe par une conversion logiciel plus ou moins bien optimisé. Avec une carte graphique sur Amiga c'est déjà différent. Avec un 68060 ca change beaucoup. N'oublions pas par contre que tout le monde n'avait pas de 68060 et que cela représentait certainement une minorité.
Par contre les cartes à base de 68030 devinrent rapidement un standard sur Amiga 1200 ne serait ce que dans le monde des démos mais aussi pour l'aisance sous le workbench (8Mo c'est top quand même) et certains jeux.

Mais pour revenir au jeu en 3D sur Amiga, quand on voit

Alien Breed 3D sur Blizzard 1230 IV 68030@50Mhz / 32MB RAM / 170MB HDD


et

Doom sur Amiga 1200 (blizzard 030 @ 50 mhz)


ca aurait pu donner des trucs sympa mais un 68020 et 2Mo de mémoire c'est un peu limite.

un choix du top 10 des jeux 3D sur Amiga :


mais bon le hardware de l'amiga n'avait pas été concu pour ce genre de prouesse à la base. Enlevez la carte graphique d'un PC et demander lui de faire de la 3D uniquement avec le processeur... vous allez rire. De toute facon contrairement à l'Amiga le PC n'était pas architecturé de la même manière autant au niveau des accès mémoire que la gestion du son ou des accès disque et je ne parle même pas des traitements vidéos, le PC à la base c'était fait pour du tableur, des traitements de textes bref de la gestion de donnée pas pour jouer pas même pour faire bouger un pointeur de souris sur un écran !!

Le monde du ST et de l'Amiga n'avait pas le même public et le même but. On a essayé de faire de l'Atari une belle machine bureautique (avec le mode haute resolution monochrome) et de son pour le midi et de l'Amiga la machine de la vidéo et du traitement d'image entre autres. Le fait que l'amiga n'avait pas de port midi par défaut à freiné certains musiciens mais d'autres ont apprécier ses capacités de base et de traitement des échantillons sonores avec le fameux soundtracker.

Mais j'ai beaucoup apprécié d'observer l'évolution des trackers sur PC, au départ le son du PC était vraiment.. et bien du buzzer puis avec la première soundblaster ca s'est un peu amélioré (quoi une seule voie) mais c'est surtout la fameuse GUS qui fit la joie des demomakers et musiciens sur PC. Et pour profiter du son il fallait soit avoir une chaine hifi soit acheter des enceintes séparé, pas question de connecté un PC sur un téléviseur et puis il fallait aussi faire pour les développeurs, le choix d'exploiter cette GUS et donc créer spécifiquement la musique d'un jeu pour une GUS. C'était intéressant de voir des personnes sincèrement intéressés pour faire autre chose avec cette architecture.
Le souci c'est que le hardware pouvait être tellement différent d'un PC à l'autre que les soucis de configuration et de compatibilité furent bien compliqué au départ, les joies de choisir les bonnes IRQ et si ca se trouve votre carte n'était pas compatible. Le PC n'a pas été standardisé dès le départ avec 256 couleurs non plus... Rappeler vous aussi pour ceux qui l'ont connu les fameuses carte 3DFX :

Ce n'était pas donné à tout le monde d'acheter ce genre de matériel (GUS + carte graphique VGA + 3DFX) surtout pour jouer ca coutait plus cher qu'une console

Voilà ce que l'on avait de base sur PC




Au départ le PC c'était réellement un ordinateur en kit, la machine de base et les plus riche pouvait le faire évoluer  (carte son, carte graphique 2D+3D+chaine hifi)
Il a fallu aussi pour le monde du PC faire évoluer les ports avec la création de l'AGP entre autres, voici un article au hasard sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_graphique

L'Amiga tout comme le ST avait l'avantage de proposer un hardware général satisfaisant pour créer pas mal de chose par rapport aux consoles qui avaient uniquement un hardware fermé pour l'utilisateur puisque le but était uniquement de jouer.
Sur ordinateur on pouvait programmer, dessiner, faire de la musique, du traitement de texte bref, tout un tas de choses était relativement possible et tout cela sur une machine unique, je ne vais pas vous détailler tout ca vous le savez bien.
On pouvait aussi dessiner sur une feuille de papier ou jouer de la musique avec des instruments (guitare, piano...) mais c'est une autre histoire.
La communauté Amiga et Atari n'était pas forcement prête pour l'évolution du matériel, sur PC les utilisateurs étaient déjà habitués à changer de matériel pour passer du 286 puis 386 puis 486, pentium etc... et l'ajout au fur et à mesure de carte additionnel.
Rien que passer de 520 ou 1040 ou au mega ST je parle même pas du Falcon ou chez Commodore de l'A500 à l'Amiga 1200 devait être motivé pour des raisons bien spécifiques et personnel et financière aussi (et qui payait tout ca ? Les parents, le job d'été) et l'Amiga et l'Atari n'était pas toujours les meilleurs amis de même que Sega et Nintendo et la compatibilité ascendante était-elle possible pour préserver la logithèque disponible.
Le parc d'utilisateur était certainement plus restreint que celui du PC mais pas en terme de jeux et d'ailleurs qui utilisait des PCs ? Si nous avions eu de bon ordinateurs de la part de thomson de la qualité de l'Amiga nous aurions peut être eu autre chose que des MO5 à l'école (je me suis éclaté sur les MO5 donc je ne critiquerais pas, l'architecture de l'ordinateur était là aussi bien spécifique à une utilisation donné) et l'envie d'en acheter à la maison mais c'est une autre histoire.
Nos parents travaillaient eux sur des PCs dans leur entreprise et ils savaient faire la différence entre un ordinateur pour travailler (au bureau) celui qu'ils achetaient à la maison pour travailler (le même qu'au bureau) et rarement un Atari ou un Amiga (sans parler de la compatibilité des types de fichier) pour travailler mais plutot l'idée que c'était une machine entre la console et l'ordinateur (de travail) sauf pour ceux qui travaillait dans le secteur de la musique, la vidéo et l'infographie et oui pourquoi travailler sur un ordinateur qui fait de la musique et qui affiche plein de couleurs ;))

Pour ceux qui avait choisi d'acheter un Amiga 1200, on attendait beaucoup de voir ce dont ce nouveau hardware était capable. Etait-ce un Amiga 500 un peu plus puissant, presque 4 fois plus puissant disent certains, et surtout 2Mo de mémoire et un nouveau chipset graphique AGA. Certes on peut afficher 256 couleurs mais peut-on faire des jeux en 256 couleurs... et le traitement de l'image, toujours pas de chunky2planar comme sur PC qui était passé du VGA au SVGA. Certains furent déçu tandis que d'autres satisfait de voir enfin une évolution de l'Amiga 500.
Pour les satisfaits, c'était reparti pour l'exploration du hardware avec ce nouveau processeur 68EC020 et la découverte du chipset AGA.
En quelques années, des cartes accélératrices fleurissent, pour qui sont-elle destinés ? Pourquoi acheter un 68030 et pourquoi donc les développeurs prendraient-il le risque de créer des jeux (je n'évoquerais pas le piratage) pour un 68030 en terme de temps d'investissement et de recherche si le public concerné est restreint d'ou un monde de passionné et de roi de l'optimisation, de la bidouille, de la recherche technique, d'algorithme etc... pourtant le 68030 devint rapidement un standard dont le monde des démos.
Sur les PCs beaucoup de chose passèrent par le hardware et il fallait des processeurs bien puissant pour faire bien peut de choses, une puissance de calcul vraiment gigantesque parfois... je me suis souvent demandé ou passait toute le puissance de calcul des PCs... pas le temps d'optimiser on achète un autre PC et on programme en C voir des langages dit plus évolué que l'assembleur. L'algorithme logiciel passe en mode hardware, un circuit, une puce, une carte additionnelle.
Puis ce fut au tour des possesseurs d'Amiga de regarder vers le monde des PCs et de l'évolution des technologies notamment pour les nouveaux mode de compression vidéo et d'image par exemple, le JPG, le MPEG, le GIF et surtout comment les afficher sur Amiga :)) mais aussi les musiques screamtracker, fastracker II et comment réussir à les jouer là aussi sur Amiga.
J'avais obtenu de bon résultat sous DelitrackerII et le fabuleux Deli14bitgenie de Chris Hodges
Il y a eu de belles cartes sons sur Amiga, la Delfina est l'une d'entre elle et il fallu développer des logiciels et la fameuses couche logiciel AHI
Les modes graphiques de l'amiga ont évolué tranquillement trop peut être, tout dépend des besoins et puis le processeur doit suivre.
L'ajout des cartes graphiques (les tarifs de ouf !!! réservés aux professionnels) et d'autres solutions graphiques qui se développent.
Le système d'exploitation à bien évolué sur Amiga 1200 et les disques durs ont apportés une aisance bien agréable, on peut avoir un système d'exploitation configuré selon nos besoins et rebooter desuss à loisir.
Les logiciels et les couches logiciels se sont développés petit à petit, pas de standard, chacun choisi ce qui lui plait et lui convient, le CLI (ou mieux Kingcon) pour ceux qui aime, l'interface native, MagicWB, NewIcons, MUI, Visual Prefs, Gadtools, ASL, Reqtools, l'ARexx, StartMenu, MCP, Directory Opus pour ceux qui aime, Scalos plus tardivement qui unifie beaucoup de choses ; chacun utilise ce que les autres ont développés, c'est le travail de tout une communauté.
Je vous invite d'ailleurs à consulter le site This Old Workbench qui cite pas mal de logiciels qui ont fait le succès du système de l'Amiga et de son évolution.
Sans oublier le formidable système de datatypes, les DosDrivers, les librairies, de nouvelles library apportent tout un tas de fonctionnalité que les logiciels partagent, XFD, XPK, XAD apparaissent et s'étoffent, WHDLoad permet de jouer aux jeux de l'Amiga 500 sur Amiga 1200, une autre communauté est créer. les langages de programmation, et oui il fallait bien faire évoluer les outils de développements aussi parfois de même que les logiciels d'archivage parfois spécifiques. Même le logiciel d'installation à évolué, l'Amigaguide, la recherche graphique a aussi été du coté du style graphique des icones, empruntant les icones du Mac, de Linux et d'autres systèmes d'exploitation jusqu'à aboutir aux GlowIcons de Matt Chaput qui sera le style de l'AmigaOS4, tout cela est permis grâce à Newicons.
Si cela vous intéresse, j'avais déjà parlé de l'évolution graphique des systèmes d'exploitation sur le forum
Je n'évoque pas les logiciels de montage vidéo que je ne connais pas spécialement, ni les logiciels de 3D excepté le fameux Lightwave3D, les logiciels de retouche d'images qui évoluent eux aussi mais qui demande plus de ressources, les logiciels de dessins s'adaptent au nouveau mode graphique et propose de nouveaux outils.
Je repense au temps de l'Amiga 500 et l'antialiasing automatique, le calcul de scène intermédaire pour les animations et de cette surprise de voir un jour débarquer : Disney Animation Studio. Si cela vous intéresse, vous pouvez découvrir quelques animations faites sur Amiga sur le site suivant : http://www.randelshofer.ch/animations/amiga.html
A coté de ces logiciels commerciaux gravitent toujours les logiciels développés par les demomakers (de nouveaux logiciels de musiques, des compressions de données), les programmeurs indépendant, les freeware, shareware, cardware, les logiciels du domaine publique et ceux sous license GNU, GPL, opensource, libre

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5205
  • Karma: +12/-2
Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #1 le: 20 mars 2020 à 17:22:38 »
L'utilisation du CD commence à se démocratiser, une nouvelle couche logiciel arrive pour lire les CD et les périphérique IDE (IDEFix, AsimCDFS). La "logique" suit son cours, les logiciels pour lire les CD audio arrivent sur Amiga ainsi que les logiciels de gravure et de transfert et de conversion de piste audio, cela questionne alors la capacité des disques de stockage. L'Amiga s'amuse à copier les logiciels comme WinAMP et se nomme AmigaAmp, WinAMP lui même très inspiré de PowerPlayer/DeliTracker/EaglePlayer. Les bonnes idées se partagent.
Les logiciels se développent et les "piles" TCP/IP internet aussi, quand de nouvelles technologies arrivent l'Amiga suit le mouvement et le développement grâce à des auteurs indépendant ou de petites équipes de développeurs, si l'IRC et le FTP à connu ses moments de gloire avec ses salons privés pour les aficionados d'internet, il se démocratise sous forme de logiciels de messagerie instantané avec l'excellent Jabberwocky, StrICQ, donnant ce coté instantané à l'Amiga et s'invitant là ou on ne l'attend pas, les gens ne s'imaginent peut être pas autre chose qu'une autre personne sur un PC. On peut "chatter" dans d'autres langues, on apprend de nouveaux vocabulaire, on rigole sous forme textuelle, on côtoie d'autres personnalités, on peut découvrir d'autres villes lointaines, on peut se faire des "amis", les émoticônes déjà présente sous IRC se développent sous d'autres logiciels, pendant qu'on fait quelque chose sur son Amiga, on peut être disponible si on le souhaite pour discuter ou non sur internet. L'univers informatique n'est pas le même pour tous.  On peut faire de plus en plus de choses depuis un ordinateur.
L'Amiga dispose de logiciel d'email simple, efficace et puissant comme YAM ou SimpleMail. Une carte à base de 68030 permet vraiment de sentir davantage de légèreté dans l'utilisation de l'Amiga. L'idée à la base est tout de même d'être en contact avec des gens et de partager ce que l'on souhaite avec les autres.
Ca peut être assez chronophage.

Je vous invite à lire la liste non exhaustive de logicels sur Amiga sur Wiki et une autre liste peut être plus complète.
Les Amigas peuvent communiquer entre eux selon leur protocole via un simple cable grâce à des logiciels comme ParNet et même certains jeux (Stunt Car Racer, Lotus Turbo Challenge 2, Populous, Vroom. L'Amiga peut même accéder directement à un PC avec des logiciels comme PC2AM ou encore Ami2PC-TCP
L'Amiga peut aussi être mis en réseau non plus uniquement pour accéder à internet mais aussi pour partager avec les autres http://amigaenreseau.free.fr/

FidoNet vous connaissez ? Pas d'hésitation avec AmiNET qui est devenu un incontournable de l'Amiga et devenu une énorme base de donnée sur internet et les plus anciens comme Fred Fish

L'échange directe avec non seulement la communauté Amiga mais aussi de découvrir d'autres communautés, de s'enrichir, de se développer un autre mode de relation, de communication, d'échange décentralisé avec des concepts "novateurs" comme la version Amster, la version Amiga de Napster, cela questionnent toutefois sur la légalité des données mis à disposition (autrefois on s'échangeait bien des musiques mais là ce n'est plus entre 2 personnes mais plusieurs milliers voir davantage). Le jour ou Naspter ferme due aux plaintes de l'industrie de la musique, la réponse ne se fait pas tarder et d'autres logiciels surgissent pour perpétuer ce mouvement... quand on voit ce qui est disponible sur youtube ça pourrait faire grincer les dents, d'autant plus que cela doit bien rapporter quelque chose à Google.
Que fait Hadopi ?

L'accès à internet a changé la conception de l'Amiga et de sa communauté autonome pour accéder aux données d'autres ordinateurs, cela questionne aussi de l'intêret de ces données et des technologies disponibles, de la fonction de partage et de la sécurité. Heureusement pas trop de souci sur Amiga d'être ennuyé par des virus sur PC.

Mais le hardware de l'Amiga se fait vieux à nouveaux vieux, certaines nouvelles technologies demandent beaucoup de ressources.
Les constructeurs de hardware sur Amiga demandèrent je pense à ces programmeurs de développer et d'imaginer les couches logiciels et les possibilités par rapport au hardware de l'ordinateur. Sans revenir sur les discussions avec Commodore qui devaient assurer à ces constructeurs un appui et la confiance que chacun attendait et les droits sur la marque Amiga et les développements.
Construire un nouvel ordinateur là ou Commodore n'était plus présent depuis bien longtemps... il faut trouver des investisseurs, s'assurer d'un minimum de vente, construire une architecture à parti de quoi ? Un Amiga 1200 de base parait le plus simple pour assurer la rétro compatibilité, garder tout ce qui est disponible en terme de logiciel sur Amiga 1200 et faire évoluer le hardware.
Ce n'est plus possible de garder l'aspect de l'Amiga tel qu'on l'a connu, il doit passer en tour, avoir un boitier pour avoir plus de place pour insérer le hardware pour son évolution comme l'AmigaOne PPC ou le Mediator, assurer un logo pour continuer à voir que c'est un Amiga qui est dans un boitier et si le système d'exploitation reste le même et exploite les 2 hardwares alors pas de scission de la communauté Amiga.
Pour le processeur c'était une autre affaire, rester fidèle à Motorola (PowerPC, le Coldfire) et oui comment se tourner vers la pensée et le monde d'Intel... non pas possible.

Mais finalement la communauté allait avoir le choix entre 2 systèmes d'exploitations différents MorphOs et le Pegasos ou AmigaOS4.
Plutot que de développer du hardware propriétaire à nouveau autant utiliser l'existant et utiliser les cartes graphiques et cartes sons peut coûteuses du monde du PC. Durant un temps BeOs fut aussi évoqué et même les processeurs Arm mais l'architecture était différentes.
De nos jours qui décident des architectures, de l'évolution du hardware, des systèmes d'exploitations, de l'indépendance des constructeurs, des systèmes d'exploitation, qui fait les composants aussi, et les matériaux utilisés et les nouvelles technologies.
Changer un ordinateur, le hardware, le système et garder un mode de pensée nécessitait une évolution, de même pour les utilisateurs... un peu de la même manière qu'une société d'hommes et de femmes qui entre en contact avec une autre société, il faut voir ce que l'on échange, des bases et des constructions et des informations mis à disposition. De la manière dont on y accède et du contenu.
Nous avons connu le format physique des disquettes, des documentations sous forme de texte (déjà la dématérialisation du support). Des soucis de compatibilité entre ordinateurs, l'apparition de facebook, tweeter, des lamers circulants sur internet semant parfois le trouble.

Cette partie est hors sujet mais peut être perçu comme une continuité de la discussion
Je n'ai pas de téléphone portable mais les choses ont rapidement évolué et ils n'ont plus grand chose à voir avec le téléphone tel qu'il était au départ (appeler un usager), les habitudes ont changés elle aussi, c'est devenu un outil qui a emprunté de nombreuses technologies des ordinateurs et des consoles avec de nouvelles possibilités de photos, de walkman, de GPS et même de lampe ! Une "drogue" douce ou déjà sur ordinateur, cliquer peut apporter du bonheur.
Si autrefois on avait besoin d'intimité pour téléphoner, cette bulle d'intimité à évolué pour certain(e)s, et si autrefois on était pas sur d'avoir la personne qu'on voulait appeler au téléphone du fait de son indisponibilité, désormais on se demande ce que peut faire la personne et pourquoi elle ne répond pas immédiatement lui envoyant parfois un SMS (tiens un "nouveau" mot) dans un langage très proche de l'IRC. Est-ce que tout les appels sont importants, et doit-on toujours être disponible, c'est comme sur StrICQ on peut être OFFLINE ! Ah la joie des zones blanches et des maisons de campagne avec des gros murs anti-onde de portable ;)
Heureusement des lois on finit par interdire ou limiter l'utilisation du téléphone portable dans les écoles, les crêches.
Je fus assez choqué puis simplement surpris d'observer un téléphone portable dans la comédie musicale Lalaland, j'ai pris ca comme une note d'humour, un anachronisme dans le monde des Comédies Musicales, pour moi le terme "Comédie Musicale" et téléphone portable n'était pas relié et d'ailleurs il ne le sera je crois jamais pleinement, incompatible peut être avec mon système ;))

Nos parents ou grand parents ont eux connu l'apparition de la radio, de la télévision, du téléphone, on avait des lecteurs à K7 pour écouter de la musique, des magnétoscopes, un lecteur MP3 s’appelait un walkman, tout n'était pas connecté et relié à un seul appareil. Il y avait des vidéothèques pour louer des films (il existe toujours les médiathèques pour accéder à des films, musiques, livres, BDs en support physique), un marché de l'occasion existait pour beaucoup de support. La copie personnel était autorisé. Et quand on y pense un peu les musiques sur internet sont bien en dessous en général de la qualité proposé par un CD audio... nos oreilles se seraient-elles habitués à la qualité MP3 et la compression avec pertes ? Et que dire alors des images et de leur compression ?
Tout n'était pas instantanée, c'est vrai que ca peut être pratique d'avoir directement un jeu qu'on achète en le téléchargeant mais la joie est-elle la même que d'aller le chercher, discuter et échanger avec quelqu'un ? On peut toujours faire comme grand mère et faire une soupe maison mais ca demande du temps.

ATTENTION PUBLICITE !!



FIN DE LA RECLAME

il fallait aller chercher un livre, un jeu, on pouvait se le prêter une fois qu'on l'avait terminé ou le vendre.
On n'avait pas forcement accès aux avis des autres sur internet pour conseiller nos choix.
Certes l'informatique dont internet a aussi permis à des auteurs qui n'aurait pas été distribué et des gens de se faire entendre, mais que fait le CSA  ^_^
Il y a des jeux sur Steam qui n'aurait pas forcement été diffusé (et certains dont on se demande si ce ne sont pas juste des jeux flash gratos) mais tout le monde est libre de développer ce qu'ils veulent.
Toutefois même si on peut commander de la nourriture sur internet et se faire livrer, il faut toujours des gens pour les produire et des gens qui travaillent dans la logistique pour acheminer tout cela et des personnes pour nettoyer les rues, les poubelles...
C'est sur que ca fait moins d'emballage le dématérialisé, moins de transport mais est-ce que cela pollue moins pour autant ?

Certains naissent avec toutes ces technologies sans avoir connu ces évolutions, on nous a parlé des dangers de la féé électricité, de la télévision, des publicités, des médias, des écrans LCD et de la lumière bleu, des ampoules à LED, des dangers potentiels des téléphones, des OGM.
Si les pesticides polluent la terre, les ondes WIFI, Bluetooth, NFC et autres technologies sans fil embêtent certaines personnes qui sont électrosensibles et d'autres pas. Si les animaux, les plantes et la vie survie, les humains ne devraient pas avoir de souci... un de mes chats n'a pas apprécié le CPL du coup je l'ai supprimé.
J'ai testé dans un salon du bien être une toile de protection contre les champs électriques basses fréquences qui était relié à la terre, le résultat fut surprenant.
Fort heureusement, je trouve que les gens restreignent de plus en plus l'usage du téléphone portable et c'est encourageant.

Moment de désinformation
L'Amazone est un fleuve d'Amerique du Sud et pas un site de commerce électronique basé à Seattle.
Moment de désinformation

Allez pour vous faire rire un peu, une mesure à propos des téléphones portables :

Citer
Restez à plus d'un mètre de distance d'une personne en communication, et évitez d'utiliser votre téléphone portable dans des lieux publics comme le métro, le train ou le bus où vous exposez passivement vos voisins proches au champ électromagnétique de votre appareil.


et une autre citation amusante :

Citer
"Le plus important, c'est de se laver les mains"
Votre téléphone n'est certainement pas épargné. Des chercheurs américains ont compté : ils ont recensé 3 895 microbes/cm2 en moyenne sur nos portables. Plus que sur une poignée de porte, la barre du métro ou même la cuvette des WC... "La très grande majorité de ces bactéries ne sont pas pathogènes, elles nous sont même indispensables pour l'équilibre du tube digestif", rassure le professeur Jean-Christophe Lucet, chef du service hygiène à l'hôpital Bichat.
Pour les autres, il n'y a pas grand-chose à faire pour les éliminer. Pas même nettoyer régulièrement son téléphone. "Ce n'est probablement pas une mesure essentielle, analyse le spécialiste. Par contre, se laver les mains régulièrement et peut-être désinfecter à cette occasion son portable, ça peut être utile, mais le plus important, c'est de se laver les mains." Pour les plus germophobes d'entre nous, des stérilisateurs de portable existent aussi.


J'ai pointé sur beaucoup d'articles d'obligement et je les remercie pour l'extraordinaire travail qu'ils font depuis des années ainsi que la communauté de wikipedia et les divers site internet vers lequel j'ai pointé divers sujet utilisant leur travail pour enrichir ce sujet..

Hors ligne Lio

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 1565
  • Karma: +9/-4
Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #2 le: 20 mars 2020 à 20:33:42 »
Sympa cette retrospective, merci Frog ! ça ne nous rajeunit pas...

et pour les FPS sur Amiga le site zeden en avait fait un sujet : http://www.zeden.net/actu/19210-FPS-Amiga
A1200PPC+BVPPC (en tour), A1200+B1260, A1200+B1230, AmigaOneG4@1.26GHz+ATI Radeon 9000PRO+AmigaOS4.1, Amiga X-5000@2x2GHz+Radeon R7-250+(pre)AmigaOS4.1FE

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 5205
  • Karma: +12/-2
Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #3 le: 20 mars 2020 à 21:15:28 »
Cette période de recherche et de développement pour recréer des jeux 3D de type Doom est effectivement une page de l’histoire de l'amiga.

Merci Lio pour le lien
C'est marrant je connaissais le site zeden pour son flux http://rss.zeden.net/

Hors ligne Death Adder

  • AMIGAISTE MASTER
  • *****
  • Messages: 569
  • Karma: +6/-2
    • [img]https://media0.giphy.com/media/3orieRrJX0nSWQ4HXG/200.webp#312-grid1[/img]
Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #4 le: 25 octobre 2020 à 10:00:29 »

Hors ligne Sebkos

  • Pirate Zombi
  • Administrateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 4085
  • Karma: +16/-1
  • Collectionne les têtes de poisson séchées...
    • Insert Disk II
Re : Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #5 le: 25 octobre 2020 à 15:13:08 »



Hors ligne k1200rs21

  • AMIGAISTE EXPERT
  • *****
  • Messages: 362
  • Karma: +7/-5
    • amiga france
Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #6 le: 27 octobre 2020 à 17:39:32 »
voilà la vidéo
possède un amiga 2000 (060 128 mo) picassoIV avec (ses 3 modules dessus)
amiga cd32
un pi 3 avec amiberry dessus 040 a 133 mips
amikit 8.5 sur pc AMD RIZEN 5 3600

Hors ligne Sebkos

  • Pirate Zombi
  • Administrateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 4085
  • Karma: +16/-1
  • Collectionne les têtes de poisson séchées...
    • Insert Disk II
Re : Re : L'amiga, un bref historique et son évolution
« Réponse #7 le: 30 octobre 2020 à 14:08:44 »
voilà la vidéo


Ah oui, c'est vieux, j'me souviens, merci pour la vidéo K1200  ;o)