Auteur Sujet: Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars  (Lu 270 fois)

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 4010
  • Karma: +9/-0
    • Voir le profil
Et oui vous avez bien lu, le Japon a bien été vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars.

C’est officiel, le Japon est le premier pays du monde à appartenir de droit à une société privée. Le groupe tentaculaire The Walt Disney Company a fait, ce matin, l’acquisition légale du Japon dans sa totalité pour la somme de 2 380 milliards de dollars. Le Japon devient donc le premier État à appartenir légalement à une multinationale. À qui le tour ?


L’information a été dévoilée ce matin par le très important média franco-japonais Nipponimovais.com. Il faut dire que ça pendait au nez du pays au soleil levant. Avec une dette de 7 400 milliards d’euros, soit l’endettement le plus élevé de toute l’histoire des nations humaines, l’État n’arrivait plus à faire face aux pressions de ses créditeurs malgré les récentes mesures d’austérité. La population nippone se partage une dette équivalente à 250% du produit intérieur brut (PIB), de quoi faire rougir de jalousie la Grèce. Inutile de dire que cette situation commençait à sentir le poisson dans ce pays qui en consomme 8,5 millions de tonnes par an !

Au bord de la banqueroute, l’État japonais avait tenté de restaurer péniblement la situation en privatisant ses secteurs les plus fameux, dont la Japan Post, connue pour être le service de livraison le plus efficace du monde. « Tant qu’à privatiser péniblement secteur par secteur, pourquoi ne pas directement privatiser tout le pays ? » se sont questionnés les décideurs. L’idée de génie va doucement faire son chemin jusqu’à aujourd’hui. Après plusieurs mois de négociations secrètes, « la souris la plus connue au monde » et le gouvernement Japonais se sont mis d’accord sur les conditions de cette acquisition sans précédent. La signature de l’important document, unique au monde, s’est déroulée au cœur même de Disney Resort Tokyo, entouré de figures majeures des dessins animés, qui portent rarement de culotte sous la ceinture, comme Winnie, Picsou, Donald ou encore Miley Cyrus.



La démocratie, modèle périmé

« 2 380 milliards de dollars peut sembler une somme conséquente, mais c’est un investissement rentable. » s’est réjoui le PDG de la Walt Disney Company. « Par la même occasion, nous épongeons 30% de la dette du pays grâce à un accord privé avec le secteur bancaire et dix ans de taxation des contribuables suffiront à éponger le reste. » Et ça n’a rien de bien étonnant, les japonais font partie des plus travailleurs au monde. « Il est vrai qu’il nous couterait moins cher de faire du lobbying pour orienter les décisions politiques en notre faveur, mais les japonais sont moins influençables que les dirigeants européens avec qui nous pouvons presque tout faire, comme leur faire croire que le Roundup est bon pour la santé ou qu’on va sauver le monde avec la COP21. »

Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a quant à lui signifié que cette mascarade de démocratie n’avait que trop duré. « Voilà plusieurs décennies que les moutons citoyens n’ont plus leur mot à dire, et ça se passe plutôt bien. » déclare-t-il dans les médias nationaux. « Ne soyons pas hypocrites. Il faut admettre que les entreprises sont les mieux placées pour savoir ce qui est bon ou non pour la planète et ses habitants. De plus, elles sont les seules à posséder le capital suffisant pour éponger la dette que nous leur avons contracté. » conclue-t-il. Disney apparait donc comme une lueur d’espoir dans une crise économique bien obscure. Dynastie impériale jusqu’en 1945, l’empire du Japon contre-attaque d’une manière inattendue mais efficace pour maintenir l’ordre et la prospérité dans la galaxie nipponne.



Quant aux gouvernements européens, ils restent divisés sur cette première mondiale. En Grèce, Aléxis Tsípras s’est dit indigné par cette privatisation d’un nouveau genre : « C’est un scandale ! Tant qu’on y est, pourquoi ne pas laisser les multinationales s’accaparer les terres indigènes, exploiter les travailleurs et capitaliser dans des paradis fiscaux ? » En France, on est plus modéré. Manuel Valls a en effet estimé que l’option n’était pas à exclure. « Le monde change. Il faut pouvoir s’adapter à la réalité du marché, quand même ! Quand on voit la misère qu’on a pour moderniser le Droit du Travail, ça serait tout de même plus simple de directement donner les rênes à une entreprise comme Disney. L’économie serait ainsi libérée, délivrée. » explique-t-il.

Donald Trump n’a pas masqué sa joie dans les médias américains : « Vous savez, je ne suis pas raciste. Mon jardinier est mexicain. Mais je suis un vrai patriote américain. Et les bridés, je suis pas fan. Vous savez que ces gens prennent des bains sans maillot ? Qui fait ça ? Je n’ai pas envie de voir leur nem ! On aurait du mal à voir quoi que ce soit d’ailleurs. Les gens dans la rue m’interpellent. Alors je leurs dis : achetez des actions chez Disney et offrons un peu de rêve américain à ces rondelles de citrons. C’est comme ça qu’on devient milliardaire. » Des propos immédiatement salués par Marine Le Pen depuis son domaine de 5 000 m² à Saint-Cloud.

Qu’est-ce qui change concrètement ?

Selon l’accord historique, la culture japonaise devrait donc être en grande partie préservée bien que Disney envisage déjà quelques adaptations de forme. Tout d’abord, le drapeau japonais sera très légèrement modifié pour correspondre aux critères de son nouveau propriétaire (image ci-dessus). Les créatifs du monde de la culture et autres acteurs économiques sont invités à suivre les nouveaux codes graphiques. Dans un « tweet », le dessinateur Myazaki a d’ailleurs signifié qu’il adapterait ses long-métrages à l’univers Disney, en publiant cette image assez explicite de Ponyo sur la sirène. On s’attend à la sortie prochaine de Mononoké au bois dormant et du grand classique Chihiro et les sept nains.



Détail sans grande importance, l’ensemble des services publics seront privatisés durant l’année, chaque fonctionnaire devenant un intérimaire. Les salaires seront rabotés au strict minimum vital dans l’ensemble du pays pour booster l’activité. Les allocations sociales seront éradiquées ainsi que le droit du travail jugé trop contraignant. Les services de police seront graduellement remplacés par des milices privées afin d’expulser les partisans de l’alliance des rebelles droits-de-l’hommistes et autres écolo-bobos-gauchistes vers Panem, dans le district 12. Leur nouveau costume d’un blanc délicat (photo ci-dessous), s’inspire d’ailleurs de la culture locale. Uniquement disponible en taille 40-45.

Quant aux ministres et la magistrature, ils formeront l’élite de la première Corpocratie mondiale. Ceux-ci seront employés par Disney en tant que représentants des 25 plus riches entreprises implantées dans l’archipel dont Apple, Starbucks, Coca-Cola, Mcdonald’s et bien d’autres. Fruit de leur entière liberté, les citoyens libres éliront librement leurs décideurs via leurs achats (tout à fait librement). Un code du bon consommateur sera, à terme, édité, pour apprendre aux plus jeunes à bien voter. Une seule chose ne changera pas : les médias télévisés continueront d’éduquer la population, comme ils le faisaient déjà, à coup de reality-show, de tv-shopping et d’adolescentes sexy.



Star Wars, la clé d’un succès

La sortie de la nouvelle trilogie Star Wars, dont la licence est détenue par Disney, a joué un très grand rôle dans cette acquisition. Une véritable opportunité d’entamer la transition corporatiste en douceur, sans recourir à la force. Depuis début 2016, les japonais ont ainsi pu voir apparaître un florilège de produits dérivés. Produits de consommation courante, moyens de transport, jusqu’au papier toilette, tout ou presque dans le pays se voit transformé en publicité pour l’entreprise. Une manière pour Disney de noyer le sushi. D’ailleurs, aucune manifestation n’a été observée après l’annonce de rachat. Il y avait The Voice à la télé.

source : MrMondialisation

Hors ligne rodi

  • BOSS
  • *****
  • Messages: 2017
  • Karma: +9/-0
    • Voir le profil
Re : Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars
« Réponse #1 le: 02 avril 2017 à 14:47:44 »
Bouh le poisson d'avril : tout le monde sait que Disney s'est ruiné en rachetant les droits de Star Wars

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 4010
  • Karma: +9/-0
    • Voir le profil
Re : Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars
« Réponse #2 le: 02 avril 2017 à 20:20:54 »
lol... je croyais que c'était en rachetant Lucas Art

Hors ligne TJMK

  • Administrateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 2752
  • Karma: +11/-0
    • Voir le profil
    • Insert Disk 2
Re : Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars
« Réponse #3 le: 02 avril 2017 à 20:28:00 »
Je ne suis pas étonné de cette news. Les prochains sur la liste, c'est nous ...

Pas la France, ID2. Ils nous ont proposé 1 750 milliards de dollars ... On y réfléchit sérieusement.

Hors ligne Thordelan

  • AMIGAISTE EXPERT
  • *****
  • Messages: 449
  • Karma: +7/-1
    • Voir le profil
Re : Re : Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars
« Réponse #4 le: 02 avril 2017 à 22:57:05 »
Je ne suis pas étonné de cette news. Les prochains sur la liste, c'est nous ...

Pas la France, ID2. Ils nous ont proposé 1 750 milliards de dollars ... On y réfléchit sérieusement.
Dont une bonne partie sera remise en jeu en tant que prix pour les challenges bien entendu ! (w00t)

Hors ligne Frog

  • Modérateurs
  • BOSS
  • *****
  • Messages: 4010
  • Karma: +9/-0
    • Voir le profil
Re : Le Japon vendu à Walt Disney pour 2 380 milliards de dollars
« Réponse #5 le: 03 avril 2017 à 15:27:01 »
oui le réinvestissement dans les challenges étaient bien sur en discussion.

Un financement du premier porte-avions imprimé en 3D pour sauver les dauphins était aussi en projet, ca va de soi, surtout au vu du formidable esprit et l'intelligence du projet qui anime ce projet

Certains s'interessent déjà à d'autres financement sur Lilo